Confinement, 3 possibilités
pour la cérémonie funéraire

Pouvoir accompagner le mourant, voir une dernière fois son corps, organiser une cérémonie funéraire pour se recueillir font partie des fondements communs de notre humanité.

Or, l’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement nous rendent difficiles ou impossibles ces étapes souvent essentielles au travail de deuil.

Boris Cyrulnik le disait en ces mots le mercredi 25 au 7/9 de France Inter :

« Il y a une situation tragique qui touche au fort de la condition humaine, c’est-à-dire que depuis que les êtres humains sont sur terre, ils font des sépultures, ils font des rituels du deuil (…) On sera obligé de ne plus faire de rituel du deuil. Cela va provoquer des angoisses et un grand malaise parmi les survivants. »

Pour les gens qui perdent un proche en ce moment, voici les différentes possibilités :

Faire avec les restrictions du confinement.

Faire une seconde cérémonie après le confinement, ou reporter la cérémonie.

Dans ces cas:
Vers qui vous tourner ?

Quelle date choisir ?

Comment faire une cérémonie sans le corps ?

Quel lieu choisir ?

Que faire tant que dure le confinement ?

Faire avec les restrictions du confinement.

Actuellement seules des cérémonies courtes ont lieu (pas de messe); 20 personnes maximum du premier cercle familial sont autorisées (personnel de pompes funèbres inclus) et dans certains crématoriums ou cimetières, ce nombre peut même être de 5 ou 10; aucun contact physique n’est autorisé, ni même de registre de condoléances.

Certaines pompes funèbres proposent de filmer la cérémonie pour la partager en direct avec les proches.

 

Vous pouvez créer un espace participatif de recueillement en ligne par le biais d’un site spécialisé comme dansnoscoeurs.fr, inmemori.com ou avec le compte facebook du défunt. Cela permet d’échanger mots de soutien et souvenirs.

 

Si cette possibilité ne vous satisfait pas, vous pouvez :

Reporter la cérémonie, ou en faire une seconde après le confinement.

Vers qui vous tourner ?

– Si vous êtes croyants, adressez-vous directement aux représentants de votre culte. La plupart ont annoncé qu’ils feraient des cérémonies à la fin du confinement. Vu le nombre de demandes, certains parlent d’organiser des cérémonies collectives.

– Vous pouvez demander aux pompes funèbres locales si elles proposent ce service.

– Si vous vous sentez suffisamment compétent, cela peut être vous-même ou un proche qui préside la cérémonie. Cela vous permet d’avoir une cérémonie fidèle au défunt à peu de frais. Si vous souhaitez des conseils professionnels pour être sûr que la cérémonie soit réussie, je propose une formule adaptée.

Présider vous-même est toutefois déconseillé pour deux raisons; soyez-y vigilant :

  • Il est difficile de concilier ses propres émotions et de tenir le cadre de la cérémonie. Si vous êtes débordé-e par l’émotion vous aurez du mal à présider la cérémonie. Si vous arrivez à rester dans votre rôle de maître de cérémonie, vous risquez d’être coupé de vos émotions et de ne pas bénéficier de la cérémonie.
  • Assurez-vous d’avoir une légitimité et un soutien sans faille des proches, au risque de vous retrouver dans une position inconfortable.


– Dernière option : faire appel à un officiant de cérémonie laïque indépendant. Ca ne vous coûtera pas plus cher qu’avec les pompes funèbres, et c’est le cœur de notre métier de faire des cérémonies personnalisées. Vous aurez un professionnel qui a le temps de vous écouter, de prendre en compte vos besoins et la situation.

Il y aura très probablement un engorgement dans les semaines et mois après le confinement.

Même si la date définitive ne sera fixée qu’une fois la fin du confinement annoncée, vous avez intérêt à contacter la personne que vous aurez choisie pour vous aider à organiser la cérémonie funéraire sans trop tarder, même si ce n’est que pour vous informer sur les possibilités.

 

Quelle date choisir ?

Vous pouvez faire la cérémonie dès la fin du confinement ou à une date symbolique : à la Toussaint, un an après le décès, le jour de l’anniversaire du défunt…

Le Décret n° 2020-352 du 27 mars 2020  a allongé temporairement de 6 à 21 jours le délai pour procéder à l’inhumation ou à la crémation. Peut-être est-ce suffisant pour la reporter après le confinement ?

 

Quel lieu choisir ?

Vous avez plusieurs possibilités : dans votre lieu de culte, dans une salle de crématorium ou de funérarium, au cimetière, en extérieur, chez vous ou chez le défunt. S’il n’y a pas de corps, vos démarches en seront facilitées.

Comment faire une cérémonie sans le corps ?

La présence du corps est habituellement un élément central dans la cérémonie et le processus de deuil, qu’il sera difficile de remplacer.

 

Le cas de figure le plus simple étant si le défunt a été incinéré, alors la cérémonie après confinement sera une occasion idéale de dispersion des cendres.

La cérémonie peut avoir lieu devant la tombe au cimetière.

 

Si vous vous rassemblez dans un autre lieu familial, vous pourrez trouver un moyen de symboliser le défunt avec des photos, des objets personnels…

 

Une autre possibilité méconnue existe, celle de garder le corps dans un caveau provisoire appelé “dépositoire”. Le corps sera obligatoirement placé dans un cercueil hermétique. La durée maximum est de 6 mois. Il vous faut contacter les pompes funèbres ou les cimetières municipaux. Il est possible que les dépositoires soient vite saturés en cette période de confinement.

 

Que faire tant que dure le confinement ?

Ne restez pas seul avec votre souffrance. Demandez du soutien, offrez du soutien aux autres personnes affectées.

Ne soyez pas surpris si vous-même ou un proche semble ne semble pas affecté à priori par le décès. Psychologiquement parlant, il y a des mécanismes qui peuvent empêcher d’intégrer la perte tant qu’elle reste abstraite. La vue du corps du défunt et la cérémonie sont justement des éléments qui aident à intégrer cette nouvelle réalité.

Vous pouvez vous créer votre propre rituel de recueillement à la maison pour honorer la mémoire du défunt. Une bougie, une photo, un texte… toutes les idées sont bonnes. Ce que je vous recommande avant tout, c’est d’écouter votre inspiration.

Ce temps de confinement peut aussi être mis à profit pour préparer une cérémonie belle et fidèle au défunt.

Un espace participatif de recueillement en ligne peut être ouvert (voir les liens au 1er paragraphe). Les photos et témoignages qui y seront déposés pourront être intégrés à la cérémonie.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à le partager, à laisser un commentaire, ou à me contacter pour toute question.

 

Revenir au sommaire des articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *